Répandez l'amour du partage
Pierre Sergent Journaliste Malade
Pierre Sergent Journaliste Malade

Pierre Sergent Journaliste Malade – Tout un parcours pour le militant. Il semblait inévitable que Guillaume Durand soit confronté à un cancer de la prostate en 2021. Malgré son apparente amélioration aujourd’hui, le journaliste de 70 ans revient dans les colonnes du JJD ce dimanche 6 novembre pour poursuivre son combat contre la maladie.

Une révélation troublante. Alors que Guillaume Durand fait face au décès de son père, il doit faire face à un autre défi. En 2021, ses médecins annoncent qu’il souffre d’un cancer de la gorge. Dès lors, le journaliste de 70 ans va lutter sans pitié contre cette maladie. Il revient dans les pages du JJD ce dimanche 6 novembre 2022, après un long parcours de combattant.

Pendant une année entière, Guillaume Durand, qu’il qualifie de “une demi-momie”, a été horriblement embarrassé. Dans ces longs mois, marqués par une lourde opération le 25 juin 2021, l’animateur de Radio Classique en a profité pour se remémorer, “allongé dans son canapé rouge sous. Pepper’s réalisé alors par l’artiste Peter Blake pour les Beattles.”

Bien qu’ayant travaillé pour Europe 1 depuis une décennie, l’animateur matinal et directeur de l’information de Radio Classique n’a pas oublié sa mission de créer l’information du dimanche. On y lit : “Un âge d’or au prix d’une vie de famille quelque peu sacrifiée”. dans le JDD. Des souvenirs qui l’ont aidé à tenir le coup et à vaincre le cancer.

Guillaume Durant a repris avec certains de ces rituels préférés, mal que marqués par la maladie. Si son match de tennis avec l’une de ses filles est désormais programmé samedi à Passy, le petit-déjeuner en famille sera toujours prioritaire. (…) Certes, le rythme a ralenti et les pauses sont plus longues pour le sportif amateur de bonne humeur”, révélaient nos confrères au fil de ce portrait. Voilà la fin de cette phase difficile de sa vie !

Citant Guillaume Durand : “Il faut vraiment avoir un moral à toute épreuve”

A ce moment-là, Guillaume Durand compare son combat à celui d’un « boxeur qui s’est pris un sacré coup ». Le chemin de la guérison a été long pour le journaliste après son opération, réalisée par l’un des plus grands chirurgiens français. Malgré tous les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, le patriarche de la famille est resté indemne.

Durant cette période, Guillaume Durand a perdu 12 kg et a remarqué des changements notables dans sa voix. Cette opération n’a pas été sans conséquences, mais il était convaincu que s’il n’aurait pas réussi sans elle.

De plus, Guillaume Durand avait raison de s’intégrer. Ce conflit a finalement pris fin le 21 décembre. Ce matin, suite à un scanner en fin de vie, le chef de la médecine nucléaire s’est écrié dans le couloir : “Y’a plus rien”.

Le 8 janvier 2022, il avait expliqué, “J’avais envie de l’embrasser” dans les colonnes du Parisien avec une pointe d’émotion. Il avait encore très peur du requin durant l’été 2022. « Ah, ça a bougé » c’était l’été. Une cure d’antibiotiques à forte dose m’a été prescrite pendant dix jours. Quoi qu’il en soit, vous devez toujours avoir une boussole morale.

La détention n’est pas nouvelle pour Rudolf Hess, mais elle n’en constitue pas moins une terrible épreuve pour lui. Bien qu’il soit à l’écart d’Hitler, le prisonnier connu sous le nom de « Jonathan » se rend vite compte que sa tentative d’ajouter une dimension « humanitaire » à sa visite inopinée n’impressionne pas ses codétenus.

Cela contraste avec son emprisonnement à Landsberg. Au fur et à mesure du spectacle, ils sont charmants mais incroyablement envahissants. Malgré ses demandes répétées, le roi ne lui a jamais permis de voir le duc d’Hamilton, Ivone Kirkpatrick, le vicomte Simon ou lord Beaverbrook. Ses éminents interlocuteurs ne lui laissaient aucun espoir de voir son entreprise sacrée réussir. Winston Churchill, avec ses doigts en forme de V, reste fermement ancré au 10 Downing Street alors que la guerre continue.

À mesure qu’il devient physiquement plus restreint dans ses mouvements et dans son « espace vital », il devient plus sensible à la neuropathie. Ses douleurs physiques réelles (il a des calculs biliaires) et imaginaires (il pense que quelqu’un essaie de l’empoisonner) le poussent à se replier sur lui-même et à comploter.

Étant donné que son environnement médicalisé tente de déterminer s’il souffre réellement de problèmes ou non, il utilise les trous de mémoire comme un moyen d’échapper au monde réel tout en entretenant l’illusion du pouvoir sur lui. Il y a ce prisonnier compliqué qui s’entête à goûter sa nourriture à chaque instant, qui glisse des restes de nourriture sous son matelas pour pouvoir les analyser un jour et prouver qu’il attend la fin de sa vie.

Pierre Sergent, un récalcitrant, un Officier français de la Légion étrangère, et l’un des chefs de l’Organisation des forces armées (OEA), dont il établit la branche métropolitaine en juin 1961, est né le 30 juin 1926 à Sèvres et est décédé le 15 septembre 1926. 1992, à l’âge de 66 ans, à Perpignan. De plus, il est un auteur publié et un candidat politique du Front national (FN).

Pierre Sergent Journaliste Malade

La naissance de Pierre, Marie, Guy et Sergent a lieu le 30 juin 1926. Originaire de Seine-et-Oise, il passe son enfance dans la maison familiale sur les collines de Sèvres. Père est mobilisé comme fonctionnaire Poudres1.

Au printemps 1940, les images de l’effondrement de l’armée française, de cette “fuite éperdue devant l’ennemi”, de cette “ignoble déroute” marquent profondément l’esprit du jeune Pierre Sergent. Au milieu de sa fureur et de son dégoût, il écoute le discours radiophonique de Philippe Pétain, le nouveau président du Conseil des ministres français, le 17 juin 1940.

Ce jour-là, il réalise qu’il n’abandonnera jamais et jure de venger son pays3. Madame Sergent et ses quatre enfants, Jacques, Pierre, André et Ann-Marie, regagnent Paris le 24 novembre 1941, où ils redécouvrent leur chef familial.

Pendant que les soldats de la Luftwaffe occupent la villa de Sèvres, ils vaquent à leurs occupations dans leur appartement vacant de la rue Denfert-Rochereau. Dès lors, Pierre Sergent est élève au lycée Henri-IV. Il fait partie de ceux qui, au début de l’année 1942, fabriquèrent une étoile en papier pour montrer leur soutien à un élève juif de leur classe de 6e.

Profession (1943-1944)

Il y a deux ans, un camarade du lycée Henri-IV7 a présenté Pierre Sergent et son frère aîné Jacques au Front National (FN), un réseau dont ils étaient membres. Jacques est élève au lycée Louis-le-Grand. Commencez par glisser des tracts sous les portes et emportez des journaux. Ensuite, au cours de l’hiver 1943-1944, ils s’engagent dans le corps français « Liberté », composé principalement d’étudiants, de candidats aux lycées et collèges et de professeurs de mathématiques du primaire.

Le 7 juin 1944, Pierre Sergent quitte Paris pour le maquis de Sologne, juste après avoir terminé sa licence de mathématiques avec son frère Jacques et sept autres étudiants. Faisant partie du corps français de « Libération », gravement endommagé par les arrestations et les exécutions du 10 juin 1944, ils furent secourus plus tôt.

Ce jour-là, qui est aussi la date du massacre d’Ordour, suite au meurtre d’un des élèves parisiens (le Dunkerquois André Parent, du lycée Condorcet), les Allemands exécutèrent 41 élèves : 29 à la ferme du By, non loin de La Ferté-Saint-Aubin, et 12 au château de Cerfbois (47° 45′ 56″ N, 2° 05′ 24″ E), près de Marcilly-en-Villette10. Durant toute cette période, les Allemands, sous le commandement des Français et des Miliciens de la Gestapo d’Orléans, utilisent souvent des chiens pour usurper les arbres.

Les Allemands prennent d’assaut le secteur le 13 juin au soir : le pont rouvre. En pleine nuit, son groupe réussit à glisser à travers le dispositif allemand 1. Utilisant des automitrailleuses, des canons et des lance-flammes, les Allemands attaquent la position occupée la veille à l’aube du 14 juin. Dans la nuit du 14 au 15 juin, les Le cadavre de « Liberté » explose en petits groupes pour donner moins de travail à l’ennemi.

S’emparer des convois allemands qui parcourent les routes de la région est la première priorité de la mission. Sous la houlette de « Patrick » (aussi connu sous le nom de Pierre Thierry), Pierre Sergent fait partie d’un groupe qui comprend également Jean Ziegler, Jean Borne, Jean Guyon et Jacques Sergent14. Les six hommes naviguent pendant deux mois dans le triangle boisé formé par les Nationales 20 et 722 à l’est et 723 au sud (triangle La Ferté-Saint-Aubin – Lamotte-Beuvron).

Pierre Sergent Journaliste Malade
Pierre Sergent Journaliste Malade

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Le contenu est protégé !!